Podcasts

Nouveau sommet Poutine/ Macron

Un an après la visite de Vladimir poutine à Versailles, Emmanuel Macron est à son tour invité en Russie. Lorsqu’il avait reçu son homologue russe, le président français avait souhaité engager un dialogue sur les crises internationales. Cette visite de 2 jours à Saint Pétersbourg sera l’occasion d’évoquer le conflit syrien et l’accord sur le nucléaire iranien, après le retrait des Etats unis. Ce seront les principaux sujets de discussion : si les deux chefs d’Etat veulent avancer sur ces dossiers, ils sont très loin d’une position commune, comme nous l’explique Jean Sylvestre Mongrenier, chercheur à l’Institut français de Géopolitique et à l’institut Thomas More. Jean Sylvestre Mongrenier, spécialiste de la Russie, chercheur à l’Institut français de Géopolitique et à l’institut Thomas More.

Un an après la visite de Vladimir poutine à Versailles, Emmanuel Macron est à son tour invité en Russie. Lorsqu’il avait reçu son homologue russe, le président français avait souhaité engager un dialogue sur les crises internationales. Cette visite de 2 jours à Saint Pétersbourg sera l’occasion d’évoquer le conflit syrien et l’accord sur le nucléaire iranien, après le retrait des Etats unis. Ce seront les principaux sujets de discussion : si les deux chefs d’Etat veulent avancer sur ces dossiers, ils sont très loin d’une position commune, comme nous l’explique Jean Sylvestre Mongrenier, chercheur à l’Institut français de Géopolitique et à l’institut Thomas More. Jean Sylvestre Mongrenier, spécialiste de la Russie, chercheur à l’Institut français de Géopolitique et à l’institut Thomas More.
24 mai 2018

Syrie : le rôle de l'Iran et de la Russie.

L’Iran, un allié de Moscou un peu trop encombrant en Syrie. C’est la thèse qui est avancée depuis quelques jours par plusieurs analystes. Depuis, précisément qu’Israël a bombardé des bases iraniennes en territoire syrien. Ce que les Israéliens n’ont pu faire sans l’aval de la Russie. Quelques heures avant les frappes israéliennes, Benyamin Netanyahou était par ailleurs à Moscou. D’autre part, le Kremlin a déclaré que la présence des forces étrangères n’était plus nécessaire en Syrie. Celle de l’Iran est-elle devenue un problème pour la Russie ? et les deux pays sont-ils toujours alliés ? Nous avons posé la question à Jean Sylvestre Mongrenier, chercheur à l’Institut français de Géopolitique et à l’institut Thomas More. Jean Sylvestre Mongrenier, spécialiste de la Russie, chercheur à l’Institut français de Géopolitique et à l’institut Thomas More.

L’Iran, un allié de Moscou un peu trop encombrant en Syrie. C’est la thèse qui est avancée depuis quelques jours par plusieurs analystes. Depuis, précisément qu’Israël a bombardé des bases iraniennes en territoire syrien. Ce que les Israéliens n’ont pu faire sans l’aval de la Russie. Quelques heures avant les frappes israéliennes, Benyamin Netanyahou était par ailleurs à Moscou. D’autre part, le Kremlin a déclaré que la présence des forces étrangères n’était plus nécessaire en Syrie. Celle de l’Iran est-elle devenue un problème pour la Russie ? et les deux pays sont-ils toujours alliés ? Nous avons posé la question à Jean Sylvestre Mongrenier, chercheur à l’Institut français de Géopolitique et à l’institut Thomas More. Jean Sylvestre Mongrenier, spécialiste de la Russie, chercheur à l’Institut français de Géopolitique et à l’institut Thomas More.
24 mai 2018