Podcasts

28 mai 2018

En Algérie, la campagne "nous sommes tous des migrants"

« Nous sommes tous des migrants ». C’est l’intitulé d’une campagne lancée par des ong en Algérie. Alors que des centaines de ressortissants africains ont encore été arrêtés et expulsés vers le Niger, ces dernières semaines, elles ont signé un appel pour dénoncer ces opérations menées en « flagrante contradiction avec le droit international ». Alger a d’ailleurs été rappelée à l’ordre par l’onu ce mardi. Le Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme a exhorté les autorités algériennes à mettre fin aux explusions collectives de migrants. Les autorités qui ont réagi, nous dit le journaliste et écrivain Adlène Meddi. Son dernier roman est intitulé "1994" aux éditions Barzakh  

« Nous sommes tous des migrants ». C’est l’intitulé d’une campagne lancée par des ong en Algérie. Alors que des centaines de ressortissants africains ont encore été arrêtés et expulsés vers le Niger, ces dernières semaines, elles ont signé un appel pour dénoncer ces opérations menées en « flagrante contradiction avec le droit international ». Alger a d’ailleurs été rappelée à l’ordre par l’onu ce mardi. Le Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme a exhorté les autorités algériennes à mettre fin aux explusions collectives de migrants. Les autorités qui ont réagi, nous dit le journaliste et écrivain Adlène Meddi. Son dernier roman est intitulé "1994" aux éditions Barzakh  
26 mai 2018

Les dégâts causés par les balles israéliennes

Les Palestiniens touchés par des tirs israéliens lors des manifestations dans la bande de Gaza présentent des blessures particulièrement graves. C’est le constat de l’équipe de Médecins Sans frontières, sur place. Selon les médecins, ces blessures sont pour la plupart définitivement incapacitantes, et nécessitent souvent une amputation. Les balles utilisées par les snippers israéliens causent des dégâts jamais observés, relève le docteur Thierry Saucier. Chirurgien, il a effectué une mission pour MSF au mois d’avril dans la bande de Gaza. Jamais il n’avait constaté de telles blessures. Thierry Saucier, chirurgien, qui était dernièrement en mission dans la bande de Gaza pour Médecins Sans Frontières.

Les Palestiniens touchés par des tirs israéliens lors des manifestations dans la bande de Gaza présentent des blessures particulièrement graves. C’est le constat de l’équipe de Médecins Sans frontières, sur place. Selon les médecins, ces blessures sont pour la plupart définitivement incapacitantes, et nécessitent souvent une amputation. Les balles utilisées par les snippers israéliens causent des dégâts jamais observés, relève le docteur Thierry Saucier. Chirurgien, il a effectué une mission pour MSF au mois d’avril dans la bande de Gaza. Jamais il n’avait constaté de telles blessures. Thierry Saucier, chirurgien, qui était dernièrement en mission dans la bande de Gaza pour Médecins Sans Frontières.
25 mai 2018